Après l'exemple de la fontaine de Trevi la semaine dernière, nous nous sommes intéressés au cas d'un site touristique bien bien plus éloigné. Au Vietnam, la baie d'Along est un des plus beaux sites naturels. Tellement beau que tout le monde veut le voir et qu'en venant le voir, tout le monde l'abîme (tout en râlant que ce soit abîmé !).

Nous avons regardé un petit reportage qui explique que pas moins de 15000 personnes visitent le site par jour, créant un trafic de bateaux comparable à une autoroute. Les touristes passent une à deux nuits en moyenne sur les bateaux, générant une pollution importante.

Pour contrer cela, le Vietnam a mis en place 30 bateaux poubelles mais ils sont de loin bien insuffisants pour ramasser tous les déchets qui s'amoncellent dans la mer. Superbe paysage et odeur nauséabonde, pas moyen de se baigner. Les gens sont déçus, certains se rendent tout de même compte qu'ils sont en partie responsables de ce gâchis. Le documentaire vu en classe se trouve dans l'article ci-dessous.

La crasse et le tourisme de masse transforment la baie d'Along en dépotoir. (VIDÉO)

On dit que la Terre est menacée par la surpopulation. Mais si les êtres humains arrêtaient de s'agglutiner tous aux mêmes endroits pendant leurs vacances, alors, peut-être pourrions-nous déjà commencer à soulager un tout petit peu peu notre planète.

https://positivr.fr

Nous avons poursuivi notre réflexion en parlant selon les classes du cas de Venise, de Santorin, de Barcelone, de Lisbone, etc. où le ras-le-bol des habitants se fait sentir. On parle même de "tourismophobie" (la crainte, qui rime souvent avec la haine, du touriste), malgré l'apport d'argent que celui-ci engendre.

 

Venise s'inquiète du tourisme de masse

Les Vénitiens étaient dans la rue pour dénoncer ce phénomène et l'exode dont ils sont victimes. Ils refusent, pour Venise, un avenir de musée à ciel ouvert. Sheila et Ringo n'auraient pas pu mieux le chanter : "Laisse les gondoles à Venise". Aujourd'hui, les habitants de la ville sont lassés du tourisme de masse et le font savoir.

https://www.franceinter.fr