Une équipe de télévision a tenté une expérience : déguiser une brillante et très célèbre violoncelliste en SDF. Elle passe d'abord une audition d'artistes de rue à la ville de Bruxelles afin d'obtenir le précieux sésame qui lui permettra de jouer en rue. Là, elle éblouit littéralement le jury. Vient alors la vraie expérience entre le métro et la gare du midi à une heure de pointe. En 1/2 h, plus de 1500 personnes vont passer devant elle et son violoncelle qui vaut un million d'euros. A peine 6 personnes ne feront que marquer un temps d'arrêt. Personne ne s'arrêtera réellement devant cette artiste vêtue d'un training, de baskets et d'un bonnet. En temps normal, les mélomanes vont jusqu'à débourser 100€ pour les meilleures places d'un de ses concerts... 

L'expérience voulait voir si les gens pouvaient sortir de leur bulle, étaient suffisamment ouverts pour dépasser les apparences et se laisser porter par la musique et la musique seule en faisant fi d'un contexte (=tout ce qu'il y a autour). 

Il s'avère que non. Les seuls a avoir montré un intérêt, une curiosité pour la musique sont les enfants. Cette conclusion avait déjà été tirée par un autre vioncelliste de renom lors d'une expérience similaire précédente aux USA.

 

Une violoncelliste de classe mondiale ignorée dans le métro bruxellois

Le propre de l'artiste, c'est la remise en question. Et cette histoire ne parle que de ça. Marie Hallynck est une soliste internationale solidement installée. Dans ses doigts, dans son corps, il y a une vie consacrée à la musique. Elle a remporté de...

https://www.rtbf.be